Et si le « système de prévention anti collision » de Mercedes pouvait nous épargner bien plus qu’un simple accident ?

C’est en détournant le propre slogan de la marque “detects dangers before they come up.” (Détecter les dangers avant qu’ils n’arrivent) que ces 3 jeunes étudiants Allemands en cinéma ont réalisé leur projet de fin d’études. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont brillamment réussi à faire parler d’eux !

Braunau am Inn, en Autriche, au début du XXème siècle. Une Mercedes qui n’a rien à faire là vient alors perturber l’époque et le décor. Elle évite 2 petites filles, continue son chemin, pour accélérer puis percuter de plein fouet un petit garçon. C’est à cet instant que la mère intervient et crie le prénom de l’enfant : Adolf. S’ensuit l’apparition du slogan “detects dangers before they come up.” pour laisser place à un dernier plan, Hitler étendu sur le sol, bras et jambes en forme de croix gammée.

C’est en se demandant « ce que le monde serait si les machines avaient une âme » que le trio eu l’idée de ce film. S’appuyant alors sur une des dernières technologies de la marque Mercedes (marque qui, ironie du sort, a exploité les travailleurs forcés durant la 2nde guerre mondiale), Tobia Haase, Jan Mettler et Lydia Lohse démontrent ainsi que plus qu’un simple accident, une voiture en l’occurrence, pourrait éviter à l’humanité un génocide. Le défi est osé, mais récompensé puisque ce spot publicitaire participera au festival « First step » destiné à mettre de jeunes cinéastes en lumière. Festival lui-même sponsorisé, entre autres, par un certain Mercedes-Benz. Le constructeur s’est d’ailleurs exprimé par un communiqué expliquant qu’il était «inapproprié d’utiliser la mort d’un enfant avec une référence au nazisme dans une publicité». On comprendra donc leur choix d’exiger que la mention « non authorized spot ! No affiliation with Mercedes-Benz / Daimler AG » soit présente durant ce spot.