Quand on confie sa communication à BBH, on est en droit d’attendre une solide campagne publicitaire. Une campagne disruptive à souhait, qui marquera les esprits. La marque aux quatre anneaux a pourtant un sérieux potentiel et l’a souvent prouvé par le passé.

Mais que s’est-il donc passé dans les bureaux de cette belle agence londonienne ? Qui à confié le projet à Sara, la petite stagiaire du planning, plus occupée à faire son “bench” sur les mecs qu’à étudier le marché ?

Pour la sortie de la très vitaminée RS6, Audi est donc en droit de se demander d’où sort cet OVNI de la réclame. L’idée de la puissance sous contrôle ne date pas d’aujourd’hui, l’exploiter à nouveau, sous un autre angle sera donc forcément plus difficile. Ce challenge n’a, à priori, pas fait peur aux créatifs qui ont saccagé l’image de Clark Kent en print et celle d’un pauvre arbitre d’une banlieue déchue en TVC.

“Le pouvoir venant d’un endroit moins évident”, à part Erik Vervroegen qui peut comprendre un message aussi tourmenté ? Quelle drogue prend le petit Copywriter qui a pondu cela ? Il faut parfois calmer le jeu et penser au public qui sera en face de nos créations. Vont-ils tout comprendre, vont-ils adhérer aux valeurs de la marque ?

Notons quand même une belle réalisation, qui pourrait un instant nous faire oublier la pauvreté du message. Raté.

 

Et pour rappel, voici notre pauvre Superman dans son costard mal taillé…

1234379_492024177554264_1086054889_n