En publicité plus que dans n’importe quel autre domaine, on s’imagine créatif. Concepteur-rédacteurs et directeurs artistiques aiment se plaindre de la frigidité des annonceurs face à des concepts géniaux, révolutionnaires, innovants.

Mais au fond, quand on y regarde d’un peu plus près, la créativité, la vraie, se fait rare. Concepts vus et revus, idées banales, récurrence des mêmes allusions… Si il y en a bien un qui ne risque pas d’être au chômage malgré la crise, c’est Joe La Pompe.

À la Miami Ad School, ils en ont marre que les même concepts soient réutilisés pour n’importe quel client, dans n’importe quelle circonstance. Et ils le font savoir.

Dans sa campagne “Let him/her rest in peace“, la Miami Ad School se sert de trois grandes figures connues de tous, à savoir Marilyn Monroe, Albert Einstein et Ernesto “Che“ Guevara, pour démontrer combien les publicités tournent aujourd’hui toutes autour des même concepts. Utiliser le Che pour un produit qui se veut révolutionnaire ou Marilyn quand on se veut glamour et espiègle, y’en a marre. Ces concepts ont été essorés jusqu’à la dernière goutte, et ils sont aujourd’hui devenus inefficaces et ennuyeux.

Miami-Ad-School-Marilyn-iletaitunepub

Miami-Ad-School-Einstein-iletaitunepub

Une contribution de @RomainBucko