Domyos et Fred & Farid Shanghai ont lancé une opération pour le moins sportive pour mettre en avant une nouvelle discipline fitness en Chine : le Tai-Chip-Hop. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un habile mélange entre Tai-Chi et Hip-Hop, et surtout entre deux cultures à priori très différentes. L’opération est donc délicate, et doit séduire la très large cible à laquelle elle s’adresse.

Le but avoué : faire découvrir et aimer le fitness en Chine, tout en mettant en valeur l’univers de la marque. Un dispositif online et offline a été mis en place pour faire du bruit autour de l’opération lancée le 2O juin.

Online, un très beau film met en scène une battle entre deux femmes, une pratiquant le Tai-Chi, l’autre le Hip-Hop. Leur danse belliqueuse du début se transforme doucement en des mouvements exactement similaires et parfaitement harmonieux. Le spot met en avant le mélange des cultures et des pratiques que l’exercice implique. Il est également accompagné de dix vidéos virales non seulement destinées à faire parler sur les réseaux sociaux mais également à vocation informative. Elles sont toutes visibles sur le site.

A date, la campagne semble déjà être un franc succès puisque les vidéos virales et le film cumulent quasiment 30 millions de vues et le profil de la marque sur Weibo a presque doublé son nombre de followers depuis le début de la campagne.

Offline, un événement a réuni cinq écoles de Tai-Chi et cinq de Hip-Hop des quatre coins du pays pour réaliser une chorégraphie de fitness et s’affronter lors d’une grande battle le 6 juillet à Shanghai. Encore une fois, la marque n’a pas raté son coup puisque 15 000 personnes ont visité le site de l’évènement, les posts Weibo en live ont touché près de 15 000 000 personnes et le profil de Domyos sur Weibo a été mentionné 3590 fois. L’équipe gagnante participera à une tournée à travers les grandes villes du pays, dans le but d’initier le public à cette nouvelle discipline.

Les objectifs et enjeux de cette campagne étaient délicats, le mélange des cultures n’étant pas seulement la problématique de cette discipline mais également de la marque et même de l’agence, implantée à Shanghai depuis moins d’un an. L’exercice est très réussi.