Le mois de janvier correspond à la reprise de la saison professionnelle de tennis. Ce moment clé est d’autant plus important que le premier gros tournoi de l’année est l’Open d’Australie, un Grand Chelem, c’est à dire un des 4 tournois les plus importants du monde du tennis.

Pour 2013, Babolat, la marque familiale lyonnaise qui équipe de grands noms tels que Nadal ou Tsonga, a décidé de changer d’identité visuelle en adoptant notamment un nouveau logo résolument plus moderne et dynamique que le précédent.

ancien_logo_babolatAncien logo

Nouveau_logo_babolatNouveau logo

Cette nouvelle identité colle désormais davantage à l’image de la marque qui se veut moderne et novatrice dans un monde du tennis parfois quelque peu endormi.

Babolat a depuis quelques années déjà développé une identité forte, très axée sur le fun et le jeu pour briser les codes traditionnels du tennis encore considéré par beaucoup de personnes comme un sport de gentlemen et lié à un niveau de vie aisé. Ce positionnement disruptif est du à son statut de nouvel entrant sur le marché des raquettes. Le cœur de métier de Babolat étant le cordage, il a fallu trouver un positionnement différenciant par rapport aux historiques Wilson ou Head.

Un des leviers de Babolat pour développer cette image a toujours été la publicité et le sponsoring. Au travers de campagnes amusantes, originales, souvent décalées et en choisissant des ambassadeurs au caractère marqué et ayant une « gueule », Babolat a toujours cherché à être une marque fun, accessible et moderne.

babolat_roddick

La campagne CannonBall by Andy Roddick

La première campagne en lien avec la nouvelle identité vient donc d’être lancée à l’occasion de l’Australian Open. Il s’agit de «Serial Player Wanted». Cette opération est incarnée par les 4 ambassadeurs majeurs de la marque à savoir Rafael Nadal, Li Na, Jo-Wilfried Tsonga et Samantha Stosur. Pour chacun des ambassadeurs, Babolat reprend le système déjà adopté lors des précédentes campagnes « Serial Players » imaginées par l’agence Nouveau Monde DDB, à savoir l’utilisation d’un surnom en rapport avec les caractéristiques techniques du joueur. Nous nous retrouvons donc plongés dans un territoire très western, Far-West, où les joueurs font partie d’un gang et où tous les coups sont permis. Entre Rafal « El Unico » Nadal, Jo-Wilfried « Hitman » Tsonga,  Li « Sweet Killer » Na ou Samantha « Assassin » Stosur, nous sommes bien loin de l’idée des campagnes policées et lisses autour du fair-play et du beau jeu. Ce territoire est accentué par les choix de typo qui sont très modernes et dans un esprit graffiti, art mural.

Serialplayer_Atp_tennis

Cette nouvelle campagne est originale, elle va se décliner en 4 volets correspondant aux 4 tournois du Grand Chelem (Australian Open, Roland Garros, Wimbledon, US Open). Pour activer cette opération, Babolat n’a pas été chercher bien loin et a fait appel aux talents d’une agence lyonnaise : Natives Communication.

Le concept est simple. Lors du début de chaque tournoi du Grand Chelem, un mini-jeu est dévoilé sur le site dédié de Babolat. Ce mini-jeu qui allie tennis et amusement permet d’établir un classement entre les internautes afin de déterminer en fin de saison qui est le meilleur et qui sera digne d’être le 5ème Serial Player de la marque. A gagner, des produits Babolat et une journée sur le tournage de la future campagne de la marque avec les 4 autres Serial Players.

Cette campagne de marque est très forte et permet réellement à Babolat de se positionner comme une marque basée sur le jeu et non uniquement sur la performance. En associant des forts caractères, des fortes personnalités, la marque lyonnaise nous propose de vibrer grâce au tennis, de connaître des sensations fortes et de se prendre pour un héros avant même d’être un sportif.

Le dispositif est très complet, il intègre un site web dédié, un film de présentation de l’opération (très réussi, notamment en termes de bande son), et également une application mobile.

En effet, la marque a développé une appli iPhone et Android qui permet d’être une alternative au jeu à la souris parfois peu intuitif. Il suffit de télécharger l’application et de se servir de son smartphone comme d’une raquette, la notion de jeu et de plaisir est encore plus forte et l’expérience client en sort grandie.

choix_smartphone_jeu

Malgré l’esthétisme et l’originalité de cette campagne, on peut se poser une question : Babolat arrivera t’elle à fidéliser les internautes et à les faire revenir 4 fois à des périodes distantes les unes des autres ?

Si la communication autour de cette opération est efficace, le résultat sera intéressant car cela permettra à la marque d’être présente à l’esprit des amateurs de tennis à 4 moments forts de la saison. Si les piqûres de rappel ne sont pas suffisantes, la communauté que cherche à développer la marque ne sera pas constituée et ce jeu rejoindra le bataillon de virtual games tombés aux oubliettes des internets.

Voilà le principal challenge qui attend les Serial Players ! Et si vous voulez vous mesurer à ces champions, suivez ce lien et allez taper le plus fort possible dans la petite balle jaune : www.babolatserialplayers.com

Vidéo d’introduction de l’opération.

Vidéos de présentation des Serial Players (les autres sont à retrouver sur [highlight] la chaîne Youtube de Babolat[/highlight]